il fut un temps où il n'y avait pas de téléphone portable

Publié le par 1tempspourelles.over-blog.fr

apple-iphone-3gs

Il fut une époque où les téléphones portables n’existaient pas (évidemment, il y en a certains -les plus jeunes, pfff- qui me prendront pour une dingue ; mais croyez-moi sur parole, c’est vrai !). Aujourd’hui, moi, la fan inconditionnelle de mon Iphone, je me demande comment nous faisions…

Ce matin, Nounou m’a appelé (de son portable évidemment) à 6h45 pour me dire que son train aura du retard pour une durée indéterminée (si, si je vous assure que ça peut arriver avec la SNCF, la preuve ici : link). Et là, je me suis imaginée une bonne quinzaine d’années en arrière et je me suis demandé ce qu’il ce serait passé dans cette situation. Pfffffiout… nous voici donc revenus en 1992 (c’est la première date qui m’est venue en tête, va savoir pourquoi –ha si je sais pourquoi, mais ce n’est pas l’objet de ce billet ).

Donc, nous voici en 1992. Comme tous les matins, je vais chercher Schtroumpflou dans sa chambre à 6h50 pour le déposer à Nounou. Je vais le réveiller en douceur, grâce à des caresses et des petits massages dans le dos (monsieur s’y est très bien habitué…), je l’habille (une vraie partie de plaisir avec cet enfant qui ne bouge absolument pas), et je vais l'emmener à la gare (puisque moi aussi je dois prendre le train pour aller travailler) et là... j’attends, j’attends et j’attends encore. Sauf que Nounou attend aussi dans sa gare en se demandant à quelle heure elle va arriver…
Puis le cycle infernal commence ; au début je m’inquiète, puis je râle (il y a tout de même Schtroumpflou dans son siège auto qui a bien du mal à patienter), puis je trépigne et enfin je me pose 2 questions essentielles :
je rentre chez moi ou j’attends encore... Et il faut que je prévienne mon propre employeur…

Je pourrais également demander aux agents de la SNCF pour combien de temps encore va-t-il falloir attendre ce fichu train… mais ils vont me répondre : « Nous sommes sincèrement désolés madame, mais nous ne savons pas exactement. Vous serez informée dès que nous en saurons un peu plus ». Alors, là, c’est sûr, ça m’avance beaucoup….

Et finalement, chacune de nos côtés rentrons chez nous après 1 heure d’attente (l’une sur le quai, gelée par les -5°C annoncés sur le thermomètre et l’autre dans sa voiture essayant vainement de calmer le morveux de 21 mois, assis derrière) et nous nous appelons sur nos fixes pour expliquer la situation !

Heureusement, tout ceci c’est du passé. A l’heure actuelle (et c’est à ce moment que j’ai eu l’idée de cet article), dès qu’il y a une annonce de retard ou d’annulation de train (si, si il y en a aussi…), c’est tout le wagon qui, à la vitesse de la lumière, dégaine son téléphone en même temps, pour prévenir un tiers de sa mésaventure.

« Oui, c’est moi… bon bah, je suis encore bloqué dans le train… je ne sais pas, ils n’ont pas dit, oui, oui, OK je t’appelle quand j’arrive ».
« Bonjour, c’est Martin, j’arriverai en retard, tu peux prévenir la personne avec qui j’ai rendez-vous que j’arriverai avec une bonne demi-heure de retard ? Tu peux lui transmettre mes excuses ? ».


Nous sommes décidemment bien dépendants de cette petite chose et je me demande la première ce que je ferais sans !

Et vous ?













Publié dans Bla bla bla

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
C
<br /> Ah bah on s'habitue vite, même très vite à ces nouvelles technologies qui finissent par nous rendre dingues !!!! T'es au supermarché, tu perds ta moitié dans un rayon et là, tu dégaines ton<br /> portable. T'es où bordel de merde ? Ah au rayon légumes, OK jsuis à 2 rayons derrière toi, j'arrive :))<br /> Ou encore avec les appels ou SMS illimités. Ta fille est dans sa chambre et t'envoie un SMS pour te demander de lui remonter une bouteille d'eau "Ah mais tu comprends maman, j'ai la flemme de<br /> descendre" .... No comment !<br /> <br /> <br />
Répondre