SUR LA STELE

Publié le par untempspourelles

plume

C'était sur un chemin,

C'était un matin,

 

Un matin sans lendemain,

Un matin où elle ne crut en rien.

Elle vit une lueure,

Juste cette journée, pas même un pleure.

 

Elle vit que dans ses yeux,

Elle vit qu'ils étaient deux.

 

Deux à communier en harmonie,

Deux à chanter sur un nouveau chemin, elle sourit.

 

Puis dans un nouvel espoir,

De lire des mots et voir dans son regard,

 

Qu'elle était libérée,

De ses pensées.

 

Elle se mit à chanter,

Dans son coeur une course effréinée,

 

Dans son esprit toujours gaie,

Elle croyait à un avenir enflammé,

 

De milles lumières,

Tout en prières,

 

Que ces heures de plénitude,

Restent toujours son prélude.

 

Il était son soleil levant,

Il était son soleil couchant.

 

Il était son pilier,

Il était son bien aimé,

 

Elle aimait la pureté de cet amour,

Elle aurait voulu pour toujours.

 

Il était son sourire,

Il était son avenir,

 

Le plus aimé,

Le plus veneiré,

 

Sur une stèle elle voulait y graver,

Cette osmose qu'elle vivait.

 

Il était son essence,

Pour elle une seconde naissance.

 

Il était toute sa joie,

Il était son roi.

 

Puis vint à passer,

Un rêve, des mots, un papier froissé.

 

Alors dans ce regard,

Il était trop tard pour y garder l'espoir.

 

Tout a chaviré,

Elle ne peut pas vous expliquer,

 

    La peur d'un rêve qui s'essoufle,

Néanmoins elle garde dans son coeur que sa moitié reste son prince, son plus aimé.

 

Pour toujours,

A jamais.

 

A.

k5529035

 

 

 

 

Publié dans Les créatives

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
F

je t'aime mon ptit coeur


Répondre