Une armée qui n'est pas ...

Publié le par untempspourelles

imagesCAE6H3CV 

 

Quelle armée dans son cœur n’est pas,

 

Ame par la douceur d’un amour qu’elle élue ou pas,

 

D’une vaine pensée,

 

Elle se penche, elle rayonne de ce point désarmé.

 

 

 

Des silences qui trahissent son sommeil,

 

De l’ombre à la lumière, elle se fige en état d’éveil,

 

Par la gravure de certains mots,

 

Qui lui entaille que des maux.

 

 

 

D’un abandon de rire,

 

Et du fluide de son cœur, elle ne répond plus de rien,

 

Des ces souffles qui s’agitent, un nuage qui est vain,

 

Dans les couloirs du temps, elle traverse les soupirs,

 

 

 

A genoux, elle s’émerveille devant cette ombre,

 

Qui lui parle doucement et qui sombre,

 

Elle expire certains fruits,

 

Elle s’esclave à sa mémoire et s’ennuie.

 

 

 

Elle devient satyre,

 

De ce vase qui résiste au temps inépuisable et l’attire,

 

Car encore de la rudesse d’une promesse,

 

Elle patiente et approuve ces minutes qui mènent son âme à l’ivresse.

 

 

 

A la prochaine lueur, elle se livre un tournis       ,

 

De pleurs d’une moitié furtive,

 

Et des astres, elle espère dans la nuit,

 

D’un passé fulgurant, elle s’en afflictive.

 

A.

Soleil

 

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article